dimanche 17 novembre 2013

Eugène Préhau - Bataille de la Somme 1914-1915 (2ème partie)


Le service militaire d'Eugène

En 2011, lors d'une visite aux archives départementales du Cher, j'ai réussi à accéder à la fiche matricule de mon arrière grand-père Eugène Préhau, présentée ci-dessous:
Archives départementales du Cher - Registre matricule 1908 Bourges - série 2R n°672
J'y retrouve beaucoup plus d'éléments que dans son livret militaire, et, bien évidemment, le signalement physique est le même.
J'apprends qu'Eugène a commencé son service militaire le 8 octobre 1909 au 30ème régiment d'artillerie de Neufchâteau dans les Vosges.
Il est passé ensuite au 60ème régiment d'artillerie de campagne en tant que 2ème canonnier conducteur le 1er mars 1910.

Je possède une photo d'Eugène dans un uniforme militaire. Vu son visage, il me semblait plus jeune que sur les autres que j'ai de lui pendant la guerre. La voici:
Mon arrière grand-père Eugène Préhau - collection personnelle
Cette photo m'indique qu'il était à Troyes. Son uniforme ainsi que la banderole tout en haut de la photo m'informent qu'il était au 60ème régiment d'artillerie.
Le croisement de cette photo avec la fiche matricule me permet de la dater vers 1910.
Sur cette photo, Eugène avait ainsi aux alentours de 22 ans, et il s'agit donc d'une photo datant d'avant la "Grande Guerre".

Comme le signale la fiche matricule, ainsi que le livret militaire, Eugène a finit son service et fût envoyé en congé le 24 septembre 1911 et est passé dans la réserve le 1er octobre 1911.
Il se retire à La Celle-Condé, sa commune de résidence, après avoir reçu la somme de cinq francs quarante cinq pour effectuer le voyage entre Troyes et La Celle-Condé (dixit le capitaine commandant).


L'entrée en guerre et la bataille de la Somme

Comme mentionné dans l'article précédent, Eugène a été mobilisé et est parti de Bourges (Cher) le 18 octobre 1914.
Archives départementales du Cher - Registre matricule 1908 Bourges - série 2R n°672
Sa fiche matricule précise qu'il a été rappelé à l'activité par l'ordre de mobilisation générale du 1er août 1914. Le site Gallica contient une affiche avec la date du 2 août...Y-a-t-il eu plusieurs dates de mobilisation...?
Armée de Terre et Armée de Mer. Ordre de mobilisation générale... Dimanche 2 août 1914... : [affiche] / [non identifié] - 1
Source Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9017865v

Il est arrivé au corps le 3 août 1914 ; je suppose à la caserne de Bourges.
Eh oui, c'est bien à Bourges puisque sur la colonne de droite de sa fiche matricule, il est mentionné "1er régiment d'artillerie de campagne à Bourges".
Il devait sûrement être ainsi mis à disposition de l'armée, en attente d'une affectation.
Il est passé au 114ème régiment d'artillerie lourde le 1er novembre 1915.
Donc, entre le 3 août 1914 et ce 1er novembre 1915, Eugène est intégré au 1er régiment d'artillerie de campagne.
Afin de retracer la chronologie du parcours d'un combattant, il est nécessaire de jongler entre le "récit" inscrit à gauche et les différents régiments indiqués dans la colonne de droite.
Pour Eugène, l'exercice est assez aisé, mais ce n'est pas le cas pour mon autre arrière grand-père Eugène PETIT, que j'évoquerai dans un autre article.

Eugène indique sur son carnet de guerre, qu'il est arrivé le 21 octobre 1914 au quesnil en sentaire dans la Somme... Il faut lire "Le Quesnel en Santerre" qui se trouve effectivement dans la Somme, à proximité d'Amiens.

Ci-dessous la liste des communes qu'il a traversées jusqu'en 1916 au moins (toutes les étapes n'étant pas datées...):
 

 Le Quesnel
Méricourt
Folie (Folies)
Quesnois (Parvillers-Le Quesnois?)
Albert
Arbonier (Harbonnières?)
Engis?
Chanigne (Chuignes?)
Dampière (Dompierre-Becquincourt)
Glisy
Elaneuville
Brait (Bray sur Somme)
Capit (Cappy)
Beaufor (Beaufort en Santerre)
Arvilliers (Warvillers)
Parvilliers (Parvillers)
Quait (Caix)
Quailleux (Cayeux en Santerre)
Suzane (Suzanne)
Vrélit (Vrély)
Miaricourt (Méharicourt)
Moricelle (Morisel)
Roy (Roye)
Guerbigny
Mondidier (Montdidier)
Varsy ??
Lignières?
Beaches dans loise (Biaches...?)
Le falaise?
Srempaire...??

Avec l'aide de Wikipédia (liste des communes de Somme), j'ai réussi à retrouver la majorité des communes qu'Eugène a traversé.

J'ai vérifié sur le site chtimiste qui contient les parcours et des photos des différents régiments ayant participé à la première guerre, mais curieusement, les endroits évoqués ne correspondent pas avec ceux évoqués par mon arrière grand-père! Le 1er régiment d'artillerie est indiqué comme étant arrivé à Sarrebourg et basé ensuite en Lorraine jusqu'en 1915.
http://chtimiste.com/
Je m'en tiens bien évidemment aux dires d'Eugène : preuves à l'appui!

En effet, plusieurs photos-cartes postales en ma possession évoquent le village de Guerbigny où a séjourné Eugène en juillet 1915.
Collection personnelle
Carte envoyée par son compagnon de guerre :
Souvenirs de la guerre - En observation au bois "102"- Guerbigny 10 juillet 1915

Collection personnelle - Eugène Préhau à droite
Carte envoyée par son compagnon de guerre :
Souvenirs de la guerre "Notre chambre"- Guerbigny 18 juillet 1915

Collection personnelle - Eugène Préhau en bas à gauche, assis
Une série de correspondances datant de 1915 avec Marguerite, son épouse, évoquent sa vie quotidienne (j'ai choisi volontairement de corriger les fautes d'orthographes pour que ce soit plus compréhensible) et les villages du Quesnel et de Bray sur Somme.


Collection personnelle

Collection personnelle - verso de la carte précédente
Quenelle en sentairre some (Le Quesnel en Santerre)
dimanche 10 janvier 1915
Ma chère Marguerite
Je t'écris ces deux mots pour te dire de mes
nouvelles je te dirai que je suis toujours
en bonne santé j'espère que ma carte te trouve
de même je te dirai que je suis plus à Braise (Bray sur Somme)
on est retourné à quenelle je te dirai que l'eau
tombe tous les jours je t'envoie une de mes
carte mais je suis pas bien joli mais on est aussi
mal pris enfin ma chère Marguerite je n'ai
plus pas grand chose à te dire pour le moment je
désire que ma lettre te trouve en bonne santé
et tu me récriras que tu m'envoies ces bonnes nouvelles
je finis et je t'embrasse de tout mon cœur
ton mari à toi pour la vie Eugène Préhau
au 1er d'artillerie 10e
batterie de 120 long 9°(...)
Bureau Central Militaire Paris

La mention du régiment et du bataillon concorde bien avec ce qui est mentionné sur la fiche matricule et est confirmé par la photo ci-dessous.

Photo d'Eugène dans le 1er régiment d'artillerie, en bas, 2ème à compter de la gauche:
Collection personnelle - 1er RAC - 10ème batterie 120 long
Collection personnelle

Collection personnelle - verso de la carte précédente

"Mercredi le 18 juin 1915
Ma chère Marguerite
Tu me pardonneras si je t'ai pas souhaité ton anniversaire je n'y ai pas songé mais ça fait rien je vais t'envoyer une petite jolie carte quand même
je sais pas comment on vit
on vit quand même beaucoup de bombardements
ça dit pas grand chose
le plus à craindre c'est la tôle qu'il jette
ces bombes mais on se cache dans les caves
enfin ma chère Marguerite je finis en bonne santé et j'espère qu'il te trouve de même
ton mari qui t'embrasse et qui t'aime pour la vie 
Eugène
(Bonne santé à Léon) (Tu embrasseras ma petite fille)"

L'écriture de cet article m'a permis de revenir sur un épisode de la guerre qui est celui de la Bataille de la Somme. Je l'avais bien étudié à l'école mais les évènements actuels m'ont permis de me rappeler l'horreur vécu sur cette bataille.
Un document très bien conçu parle de cette bataille et est transmis par le site "centenaire de la guerre":
"Sites de la première guerre mondiale - le guide - la Somme".

Cela m'a appris également que mon arrière grand-père avait fait cette bataille.
Les photos récupérées permettent de donner une dimension autre et encore plus émouvante sur un des épisodes de sa vie.
La recherche, se faisant en parallèle de l'écriture de cet article, prend un peu de temps mais c'est très enrichissant et j'aurai peut-être l'occasion de visiter ces sites.

Je vous laisse, pour un 3ème et dernier épisode de la guerr vécue par Eugène entre 1915 et son retour en 1919).

Merci de me suivre.