mercredi 26 juin 2013

Voyages des lorrains consignés en 1793 - épisode 1 des Découvertes Meusiennes

Avant-propos sur la découverte des lieux

J'ai profité de congés pour me rendre, le 2 mai dernier, aux Archives Départementales de la Meuse situées à Bar le Duc (dans la Ville Haute, pour ceux qui connaissent...).

C'était ma première dans ses archives.
J'avais organisé ma venue auparavant, à savoir quels étaient les documents à apporter, et surtout les horaires d'ouverture ; ma venue coïncidant avec les "ponts de mai", je ne souhaitais pas me retrouver face à des portes closes après un si grand chemin.
J'avais pris la sage décision, même si plus fatigante, mais ô combien plus pratique, de prendre la voiture pour y aller. Fort heureusement, car l'accès aux nouveaux locaux des Archives n'est pas des plus aisés.

Le bâtiment est très récent et est ouvert au public depuis 2011 (sauf erreur de ma part).

Je suis arrivé à 9h30, peu après l'ouverture et j'ai eu droit à un très bon accueil avec un crayon de papier stylé "ADM" (Archives départementales de la Meuse), que pour moi, et un casier, pour entreposer mes affaires personnelles (tout stylo étant proscrit ainsi que les porte-documents et contenants).
Une fois ma carte de lecteur délivrée, j'ai pu accéder à la salle de lecture.

L'intérieur est très agréable, lumineux et donc très plaisant (ci-dessous une photo publiée sur le compte facebook des Archives en date de 2011). La configuration du mobilier a changé depuis et beaucoup plus de documents sont mis à disposition (histoires des communes, registres de dépouillement, ordinateurs, etc.).

Mon programme de la journée était assez chargé et j'avais pour tâche de retrouver notamment:
- des déclarations de mutation par décès (archives de l'enregistrement),
- des éventuelles déclarations de grossesse,
- les fiches matricules de mes arrières-grand-pères,
- le divorce d'un aïeul,
- les traces et les raisons de la démission d'une aïeule de sa fonction de sage-femme...

Bref, comme vous pouvez le constatez, un peu trop.
Bien évidemment, je n'ai pas vraiment trouvé tout ce que je voulais. Malgré tout, j'ai trouvé d'autres archives dont je ne connaissais point l'existence ; archives qui font l'objet de ce 1er épisode de Mes Découvertes Meusiennes.


La démission de Catherine Maronier...introuvable...

La pause déjeuner étant passée et ayant fait le tour des déclarations de succession que je devais rechercher, je décidais alors de me mettre en quête de mon aïeule Catherine Maronier.
Épouse de Jean-Louis Gronard, elle a démissionné de sa fonction de sage-femme le 5 septembre 1790, d'après les registres de la commune d'Apremont la Forêt.
Le curé d'alors, Nicolas Huguenin, mentionnait que la dite démission avait été faite aux greffes...sans plus, ni moins...

Gloria Godard, alias Lulu Sorcière (1) pour les plus blogueurs d'entre vous, m'a aidé dans cette quête, par l'envoi de documents sur le métier de sage-femme mais aussi sur les éventuelles raisons des démissions à l'époque. J'ai ainsi appris beaucoup sur ce métier, exercé par certaines de mes ancêtres d'Apremont la Forêt.
Cependant, même avec l'aide des archivistes présents, je ne suis pas arrivé à mes fins.
J'ai fouillé les archives du Bailliage de St Mihiel, et notamment les catégories "Procès verbaux et actes divers" couvrant la période de 1790 à 1793 (BP n°1646 et 1674-1675), ainsi que les "dépôts au greffe" entre 1780 et 1793.
Au bout du compte, rien sur une éventuelle démission.
Le document existe-t-il encore? Les boîtes contenant ces documents sont "provisoires" d'où la dénomination "BP". Peut-être d'autres séries sont plus à même de répondre à ma recherche.

Gloria : je ne désespère pas de trouver un jour. Je te remercie encore pour ton aide! 



Registre pour Service de l'Enregistrement des Actes de Voyages- 1793

Alors que j'examinais le contenu de la dernière boîte, je suis tombé sur les registre suivants dont je voulais vous faire état : 
les registres pour service de l'enregistrement des actes de voyages...

Photo d'un document contenu dans BP 1677-1680 détenu par les Archives Départementales de la Meuse                                 - prise le 2 mai 2013
Késako?
Pourquoi enregistrer les allers et venues de nos ancêtres? était-ce pour contrôler les faits et gestes de nos aïeux sous la période de la Terreur?
La Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen de 1789 avait pourtant proclamer la liberté d'aller et venir...

Ayant le nez sur ces registres, je me suis mis à la lecture! Les registres évoquant les "voyages" sur le bailliage de St Mihiel, je me disais que j'allais peut-être aussi y découvrir ceux de mes ancêtres.

Je n'y ai pas découvert directement mes ancêtres, mais Nicolas François LEQUEUX, vigneron à Apremont la Forêt , frère de Jean Nicolas, mon sosa 346.
Photo d'un document contenu dans BP 1677-1680 détenu par les Archives Départementales de la Meuse                                 - prise le 2 mai 2013
"Ce jourd'hui 29 août 1793 l'an second de la République française est comparu en ce greffe le citoyen Nicolas François Lequeux vigneron demeurant à Apremont, lequel a juré et affirmé être venu exprès du dit lieu distant de cette ville de deux lieues pour poursuivre le citoyen Drouillot chirurgien et qu'il y séjournera jusqu'à droit ; de quoi il a requis acte et expédition lui a été délivrée à charge de l'enregistrement et a signé
N Lequeux"

Poursuivre le chirurgien...dans quel sens? en justice? ou pour le rattraper? :-)
Le dit chirurgien était-il un arracheur de dents qui a mal fait son travail...?
Dommage que l'acte ne soit pas plus explicite sur les raisons du déplacement.

Ci-dessous un autre exemple d'acte, qui me paraissait encore plus drôle, vu la multiplicité des intervenants, et qui ressemble à une vindicte populaire...

Photo d'un document contenu dans BP 1677-1680 détenu par les Archives Départementales de la Meuse                                 - prise le 2 mai 2013

"Le même jour sont comparus en ce greffe les citoyens 
Nicolas Noel L'ainé Claude Lallemant,
Jean Rémy Simon, Jean Hanus, #pour sa femme, Dominique Lombard, Henry Leonard,
Louis Lallemant et françois Lombard, tous demeurans à Montsecq,
lesquels ont déclaré être venu exprès du dit lieu, distant de
cette commune de trois lieues, pour poursuivre les citoyens
Nicolas françois, Claude Laumont, Joseph Leprince (---) et
autres ; et qu'ils y séjourneront jusqu'à droit. De qquoi ils ont
requis acte et ont signé.."

Certains d'entre vous connaissent ils ces registres et leur but?

Merci d'avance pour vos commentaires.


(1) Gloria Godard, @lulusorciere 

6 commentaires:

  1. Quelle salle agréable ... Je ne connaissais pas ce genre de registre, mais je ne suis pas vraiment étonnée. Peut etre pourrais je trouver la meme chose dans le Maine et Loire ....
    le mot "poursuivre" m'interpelle, je ne suis pas sûre que le sens soit le même qu'actuellement. si c'était juridique, ou une histoire de vengeance, pourquoi attendre un papier ? :)

    RépondreSupprimer
  2. J'attends l'avis des archivistes et historiens pour m'expliquer de quoi il en retourne, n'étant pas habitué à ce type d'archives...
    La rédaction des actes fait penser à des vendetta :-)
    En tout cas, c'est très intéressant d'explorer de nouvelles archives

    RépondreSupprimer
  3. Merci Benoit de nous faire partager tes trouvailles ! Pour ma part, je ne connaissais pas ces documents !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien Marine! Cela me permet de mettre "au propre" mes découvertes et de les partager dans le même temps.

      Supprimer
  4. D'après l'acte du 29 aôut 1793, l'enregistrement lui a délivré une expédition, donc on doit pouvoir trouver la trace de l'acte dans les registres de l'enregistrement.

    L'expédition est la copie de l'acte qui est remis au déclarant. Et l'enregistrement c'est le service fiscal qui garde trace des actes notariés (afin bien sur de les taxer). Voici, j'espère, une nouvelle piste pour ton prochain voyage dans la Meuse.

    J'ai découvert les registres de l'enregistrement lors de mon dernier passage aux archives de l'Ain, et c'est vraiment une mine d'or. C'est le passage vers les minutes des notaires.

    Isa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Isabelle pour ces précisions.
      Je pensais justement qu'il s'agissait d'archives spécifiques qui n'étaient pas en lien avec l'Enregistrement tel qu'on le conçoit actuellement.
      On parle simplement d'acte de voyage, mais pas d'acte judiciaire ou notarié qui doit être enregistré dans un but fiscal. A creuser :-)

      Supprimer

Tout commentaire est bon à lire :-)
Merci de m'indiquer vos noms ainsi que vos comptes twitter, facebook et blogs associés afin de vous faire connaître.