jeudi 13 septembre 2012

Le mystère Catherine Monet...

Encore une ancêtre qui laisse plein de questions en suspens...
J'aimerai vraiment en savoir plus sur son parcours.

Catherine, vosgienne de Raon l'Etape

Catherine est née à Raon l'Etape le vendredi 12 février 1773 et baptisée le lendemain, du mariage de Pierre MONET et Catherine MANGEARD.

Source: site Internet des AD 88
Son père, Pierre, était ouvrier dans une scierie à eau de Raon l'Etape, scieries qui se sont développées dans cette commune au confluent de la Plaine et de la Meurthe, en contrebas des Vosges.

Dans sa 6ème année, sa mère Catherine Mangeard décède, laissant également 2 fils orphelins de mère.
Pierre Monet se remarie alors en août 1778 à Anne Margueritte George à Raon L'Etape.

Dix ans plus tard, en 1788, c'est au tour de Pierre Monet de décéder et de laisser les enfants orphelins avec leur belle-mère.
Que devient Catherine?


Son mariage dans la Meuse

Elle réapparaît alors le 25 brumaire de l'an VI (15 novembre 1797) dans l'acte de mariage qui l'unit à Nicolas MORISOT, marchand boucher de Rigny la Salle, département de la Meuse.


Nicolas est alors déjà veuf d'Elisabeth Guillaume et divorcé de Jeanne Thiebaut (la raison du divorce restant à découvrir...) et est de 19 ans son ainé.
Catherine est elle âgé de 25 ans à l'époque, et était sa domestique, et a accouché d'ores et déjà d'un fils, François.

Pourquoi Rigny la Salle?

A son mariage, son témoin est François LECAPé, son oncle, aubergiste de la commune de Vaucouleurs et qui était le mari de Marie Anne Mangeard, tante maternelle de Catherine.

A sa majorité et aux lendemains de la Révolution, Catherine a sûrement rejoint sa tante maternelle pour y trouver refuge et travail.

La noyade de son époux

Cet épisode, déja traité dans un précédent post, fait ressurgir Catherine qui est témoin dans l'acte de décès de Nicolas Morisot du 13 fructidor an VII, qui s'est noyé au retour d'un jour de foire.
Catherine se retrouve ainsi veuve avec 1 fils en bas âge, et enceinte de mon ancêtre Auguste MORISOT, qui naîtra le 18 plûviose an VIII.

Est-elle restée seule, s'est-elle remariée...? Aucune piste.

C'est là que s'arrête la dernière trace de Catherine....jusqu'à...

Son décès dans les Pyrénées...sous un faux nom!

 Son fils et mon ancêtre Auguste Morisot, devenu tailleur d'habits à Rigny la Salle, se marie le 21 février 1828 à Barbe FILIER.

Dans l'acte de mariage, est évoqué son père, Nicolas, et bien évidemment sa mère Catherine, qui est dite décédée, à Nay, département des Basses Pyrénées.
L'officier d'état civil précise que Catherine est enregistrée dans les actes de décès de cette commune sous le nom de SENVILLE (ou Seuville) au lieu de son propre nom qui est Monet.


Pourquoi est-elle décédée si loin de son domicile? et surtout sous un faux nom?
Etait-elle recherchée?

Si quelqu'un a une piste de recherche, elle est la bienvenue! :)





15 commentaires:

  1. Ahhhh nos ancêtres ces grands cachottiers!

    Encore une recherche généalogique qui se transforme en véritable enquête policière.

    Bonne chance dans votre quête

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est ce qui fait le piment de la généalogie :-)

      Supprimer
  2. Hmmm j'adore ces mystères :)

    La raison du "faux" nom la plus évidente serait qu'elle se soit tout simplement remariée. N'étant pas originaire de la région, l'officier d'Etat-Civil de Nay, ou les témoins, ne connaissaient probablement pas son vrai nom.

    Pour le savoir... voir s'il y a un moyen de trouver l'avis du procureur du rois mentionné dans l'acte de mariage. Peut-être l'avis du Conseil d'Etat pourrait donner des pistes (raisons pour lesquelles on peut estimer inutile de rectifier une telle erreur).

    Eplucher les registres de Nay et des communes environnantes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'avis du procureur, il faut que je fasse des recherches plus poussées en effet, et aussi sur cet avis du Conseil d'Etat.
      Ne trouves-tu pas curieux ce nom de "Senville" = Sans ville??

      Je vais étudier les TD du 64...en tout cas, je n'ai rien trouvé sur généanet.

      Merci :-)

      Supprimer
    2. Bonjour Benoit,
      Je suis aussi de l'avis de Mistike pour un remariage et éplucher les registres des communes voisines.

      As-tu des infos sur la maison de Bonneville?

      Aaaah une bonne épine généalogique qui stimule notre âme de détective :)

      Supprimer
  3. Curieux en effet.

    Je pense que la période était propice à de curieuses choses et à de grands changements dans la vie de nos ancêtres.
    J'ai pour ma part un mystère similaire en la personne de Pierre Joseph LECLERC, mon ancêtre, né à Beauvais (Oise) vers 1768 et marié avec Marie DESFOND le 19 février 1798 à Saint-Etienne (Loire) ! Il y a d'ailleurs exercé la profession de cardeur alors que son épouse venait d'une famille de forgeurs de fiches.
    Pourquoi cette migration ? Pourquoi ce mariage alors que la famille DESFOND a donné avec ses alliés DAVEIZE et CHAMPALEY des générations de forgeurs de fiche ?

    Bref, le mystère reste entier ...

    RépondreSupprimer
  4. Si jamais tu croises des Gregeois, Viart, Thierry ou Tardivaux à Vaucouleurs, fais signe, on risque de cousiner ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y avait des Viard comme témoins d'un décès à Vaucouleurs dans les années 1830...

      Supprimer
  5. Mystérieux en effet...
    Comme Mistike, en effet, je penche pour la thése du remariage mais pour en être sûr il va falloir effectivement éplucher les registres.
    Sinon, pour ce qui est de sa migration vers les Basses-Pyrénées, il faudrait voir si dans ces dates-là dans la région de Catherine, il n'y a pas eu un événement ayant entraîné ce qu'on appelle une crise démographique, ce qui pourrait expliquer cette migration...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Grégory,

      Le problème avec les événements qui auraient causé un départ, c'est que cela donne des pistes pour la raison du départ, mais pas forcément sur le choix du lieu d'arrivée, surtout s'il est si lointain comme dans le cas de Catherine Monet ou de mon ancêtre Pierre Joseph Leclerc (Beauvais vers St Etienne).
      Peut-être peut-on trouver des informations sur un oncle, une tante, un cousin ayant déjà émigré ? Une formation ? Un "tour de France" de compagnon ?

      Bref, beaucoup de travail en perspective !

      Cordialement

      Olivier

      Supprimer
    2. Olivier,

      Je suis d'accord avec vous mais connaître les raisons d'un départ est dejà une première étape qui permet d'avancer. Aprés, peut-être que l'événement ayant entraîné le départ puisse expliquer pourquoi tel ou tel lieu a été choisi.
      Ensuite, effectivement, il faudrait essayer de voir si d'autres personnes de la famille ont effectué le même voyage ou même s'il n'y avait pas des cousins déjà sur place.

      Supprimer
    3. Bonsoir à tous les deux,
      Je vais regarder si je trouve des MORISOT ou des MONNET dans le 64...peut-être aurais-je une piste.
      Merci pour vos idées :-)

      Supprimer
    4. Bonsoir,

      Valérie m'a interpellée sur votre énigme.

      La première idée qui m'est venue à l'esprit quand j'ai vu qu'elle était décédée dans le 64, c'est qu'elle était partie faire un pélerinage à Lourdes.

      En revanche, le faux nom : pour savoir si elle était recherchée, peut-être faudrait-il éplucher les archives judiciaires du dernier lieu où elle habitait à son vrai nom ? Avez-vous recherché sur les recensements de cette dernière commune, mais je ne suis pas sûre qu'à l'époque ils notaient déjà les raisons du départ des personnes.

      Senville, oui est en effet, le nom est troublant. Mais comment savez-vous que c'est un faux nom et qu'il s'agit bien de la personne que vous recherchez ? Comment avez-vous fait pour la retrouver dans le 64 ? Autre question: comment a-t-elle pu se remarier sans fournir son acte de naissance ?

      Bonne soirée
      Kiki

      Supprimer
    5. Merci Kiki d'avoir regardé :)

      Je me permets de répondre à la place de Benoit. Dans l'acte de mariage de son fils est noté que sa mère est décédée à Nay et qu'elle est inscrite dans l'acte de décès sous le nom de Senville qui n'est pas le bon.

      Valérie

      Supprimer
    6. Oui merci Valérie, et merci "Kiki" pour votre participation!
      Je vais procéder en plusieurs étapes et surtout "organiser" ma recherche.
      1) examiner les tables décennales du canton,
      2) regarder les recensements
      3) voir le cadastre et trouver cette maison de Bonneville et ses habitants,
      4) enfin peut être la déclaration de mutation par décès.
      Je vous tiens au courant.
      Merci à tous :-))

      Supprimer

Merci d'avance pour vos commentaires